Quel impact environnemental pour la fabrication de papier ?

Mar 22 , 2021

Quel impact environnemental pour la fabrication de papier ?

Le papier se fabrique principalement à partir de fibres de bois, appelées aussi fibres vierges. Ce procédé industriel nécessite une grande consommation d’énergie, d’eau, mais aussi de beaucoup de produits chimiques.

Il est majoritairement fabriqué en transformant du bois en pâte. Le bois, constitué à 50% de fibres de cellulose, est transformé en pâte après des techniques mécaniques ou chimiques.

Cette pâte chimique est obtenue en faisant cuire le bois avec du sulfate, elle permet d’obtenir une matière plus résistante et adaptable au recyclage.

Pour ce qui est du traitement mécanique, il consiste à aplatir le bois en fibres afin d’obtenir une pâte également, mais de moins bonne qualité.

 

L’impact de la fabrication sur les forêts

À l’échelle mondiale, 42% du bois sert à fabriquer du papier et 17% du bois utilisé est extrait de forêts vierges. Ce sont des forêts naturelles qui possèdent une richesse biologique précieuse et qui doivent être préservées.

Les forêts tropicales primaires comme l’Amazonie sont d’une grande valeur pour la biodiversité. Elle a perdu 17% de sa surface ces cinquante dernières années.

En Europe, les forêts naturelles ont progressivement été substituées par des forêts secondaires. Des arbres sont plantés, mais avec une utilisation considérable d’engrais et de pesticides et sans aucune diversité écologique.

Bien que la déforestation ne soit pas principalement causée par l’industrie papetière, son impact n’est pas négligeable.

 

Une activité polluante

Outre les problèmes de déforestation, la pollution est un sérieux problème que la production de papier et son gaspillage engendrent. Des agents de blanchiment à base de chlore sont utilisés. Ces derniers libèrent des matières toxiques dans l’air, l’eau et le sol, ce qui fait de la papeterie la troisième industrie la plus polluante pour ces éléments naturels. De plus, un papier qui pourrit émet du méthane, ce qui est 25 fois plus toxique que le CO2.

La production demande aussi une quantité considérable d’eau pour l’extraction des fibres de bois. Cette utilisation massive d’eau entraîne donc une sécheresse, ce qui n’est pas sans impact sur l’environnement.

L’industrie papetière est aussi une grande consommatrice d’énergie. Il faut noter que produire consomme plus d’énergie qu’imprimer. Du fait de cette activité énergivore, cette industrie est le premier utilisateur de biomasse. Son processus de production se compose principalement de liqueurs de cuisson et d’écorces.

econotebk-cahier-ecologique-quel-impact-environnemental-fabrication-papier-wood

 

L’utilisation du "recyclé"

Aujourd’hui, le papier provient de plus en plus de matière recyclée. Il est composé d’au moins 50% de fibres cellulosiques de récupération qui proviennent de déchets de papier imprimé.

Sa qualité a longtemps été remise en question : trop absorbant pour l’encre et très poussiéreux, ce qui favorisait le bourrage des imprimantes. À l’heure actuelle, de nombreux progrès ont été réalisés, contentant ainsi beaucoup d’organismes et d’administrations qui l’utilisent.

Cependant, la qualité des fibres de ce dernier diminue lors des opérations de recyclage. En effet, elles se retrouvent abîmées et il faut, au bout d’un certain temps, introduire des fibres vierges dans la fabrication en complément des fibres recyclées.

Malgré tout, c’est une alternative qui reste avantageuse en émettant moins de CO2 que pour du non recyclable. La raison à cela est que la version recyclable a recourt à de l’énergie d’origine renouvelable pour produire des fibres vierges.

En revanche, le papier recyclé s’appuie sur des centrales thermiques ou électriques tandis que le non recyclé utilise une liqueur noire, un résidu issu du processus de fabrication de pâte à bois et qui émet moins de carbone.

 

Et le numérique ?

Malgré les nombreux avantages qu’il présente : consultation rapide de documents, facilité d’envoi, accès à l’information en illimité, il n’en reste pas moins polluant pour l’environnement. En effet, télécharger, stocker ou envoyer un document sont des actions qui consomment beaucoup d’énergie. De plus, les supports tels que les ordinateurs, les tablettes, les portables ont un impact important sur l’environnement dans leur processus de production et d’utilisation.



La papeterie est un outil très utile, surtout dans le domaine de la communication. Sa consommation reste élevée malgré les progrès technologiques considérables.

En effet, il permet de conserver des données de façon illimitée, c’est le support de stockage le plus sûr dans la durée.

Cependant, malgré de nombreux progrès concernant sa fabrication, avec les forêts secondaires, par exemple, l’impact sur l’environnement est toujours conséquent. En effet, une forêt secondaire n’a pas les mêmes propriétés qu’une forêt naturelle, la biodiversité n’est pas conservée comme elle le devrait, elle est même polluante.

Le numérique aussi, bien qu’avantageux, a des effets néfastes sur l’environnement. Le tout est de l’utiliser à bon escient.

L’utilisation de papier recyclé présente des avantages : il pollue moins et des progrès ont été réalisés concernant sa qualité.